Aller au contenu principal

La Fabrique des savoirs

À découvrir : Les 130 ans du musée d'Elbeuf

 

Présentation

©Arnaud Bertereau



La Fabrique des savoirs aménagée par la Métropole est le cœur culturel et éducatif du pays d'Elbeuf. Elle s'inscrit clairement dans le réseau des grands équipements de la Métropole : le 106, h2o, le Kindarena...

Cet équipement pluridisciplinaire, situé sur une friche de 12000 m2 au cœur du quartier Blin à Elbeuf, accueille trois pôles.

LE PÔLE CULTURE DE LA MÉTROPOLE


Musée

Constituées dès 1884 autour des collectes privées de Pierre Noury, les collections du musée conservent près de 45 000 œuvres, objets et animaux naturalisés. Une salle d'atelier permet de développer des activités pour les publics.

La Seine, véritable fil conducteur, fait le lien entre les trois grandes sections du musée : sciences naturelles, archéologie et patrimoine industriel. L'implantation du musée au sein du pôle et l'élaboration du projet muséographique donnent une vision plus complète du territoire.

Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine (CIAP)

Dans le cadre du label « Villes et pays d'art et d'histoire » attribué par le ministère de la Culture et de la Communication, le Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine (CIAP) a vocation à sensibiliser le public à son patrimoine local.

Une exposition permanente, des maquettes et des équipements audiovisuels autour de la mutation du territoire et de son évolution architecturale et urbaine prennent place sur 200 m2. Des expositions temporaires complètent cette exposition permanente.

Archives

Le Centre d’archives patrimoniales collecte, classe, conserve et valorise les archives historiques et contemporaines produites par les communes de Caudebec-lès-Elbeuf, Cléon, Elbeuf, Freneuse, Orival, Saint-Pierre-lès-Elbeuf, Sotteville-sous-le-Val et Tourville-la-Rivière et par diverses institutions du territoire d’Elbeuf depuis le XVIe siècle.

La salle de lecture sous combles accueille les scolaires, les étudiants, les chercheurs et les particuliers. Plusieurs postes informatiques, dont un dédié à la consultation des microfilms, sont à la disposition des lecteurs.

Des expositions, visites découvertes et des ateliers sont mis en place pour le public scolaire et le grand public.

 

 

Au fil de l'histoire...

Située au sein des anciennes usines Blin et Blin, la Fabrique des savoirs a ouvert ses portes en 2010. Avec ses briques rouges, ses larges espaces et sa toiture en sheds bien spécifique, ce bâtiment est un bon témoignage de l'épopée industrielle d'Elbeuf.

Le territoire de la Métropole a été profondément marqué par l'industrie textile. A Elbeuf, les premières traces d'activité de drapiers apparaissent à la fin du XVe siècle, et une manufacture royale y est fondée à la fin du XVIIe siècle. En 1871, l'arrivée d'Alsaciens fuyant l'annexion de leur région par l'Allemagne y entraîne l'implantation de nombreux industriels, qui installent leurs vastes usines mécanisées au sud de la ville. Parmi eux figure la famille Blin.

La réussite de l'entreprise permet une expansion rapide. En 1890, une annexe est ainsi construite, destinée à abriter les ateliers de mélange de la laine, d'échardonnage, d'encollage, d'ourdissage et de tissage. C'est ce bâtiment qui abrite aujourd'hui la Fabrique des savoirs. Dans les années 1920, l'entreprise Blin et Blin occupe une surface de près de 100 000m² et plus de 2 000 ouvriers.

Mais la crise du textile dans les années 1960-70 n'épargne pas Blin et Blin, qui ferme en 1976. Refusant d'abandonner ces bâtiments, la municipalité entreprend au début des années 1980 une vaste entreprise de reconversion, transformant les ateliers en logements et en commerces. Trente ans plus tard, la Métropole parachève cette mutation en ouvrant au public la Fabrique des savoirs. Elle y propose de nombreuses activités et expositions permettant à tous de découvrir son patrimoine.

© B. Arnaud imprimeur, Vue des établissements Blin et Blin à Elbeuf, vers 1900, lithographie, © Région Normandie, service régional de l’inventaire,  Christophe Kollmann